PROJETS EN COURS

 

Histoire de l’École Supérieure des Pêcheries (ÉSP) de l’Université Laval.

 

Créée en 1938 et fermée en 1964, l’École supérieure des pêcheries a joué un rôle central dans le processus de modernisation des pêches du Québec et du Nouveau-Brunswick. Elle a formé près de 70 bacheliers ès pêcheries qui ont contribué remarquablement à la création des coopératives et à la gestion des organisations publiques et des entreprises de pêche.

 

École supérieure de l'agriculture et des pêcheries de Sainte-Anne-de-la-Pocatière

Sources: Archives de la Côte-du-Sud

Biographie de Louis Bérubé (1897-1981).
 
Agronome de formation, Louis Bérubé sera confronté dans les années 1920 à la triste réalité économique des pêcheurs – agriculteurs – forestiers gaspésiens exploités sans vergogne par les compagnies anglo-normandes qui contrôlaient à l’époque l’industrie de la pêche. Il faisait partie des premiers boursiers en pêche de la province de Québec. Après des études au College of Fisheries de l’Université de Washington et au Massachusetts Institute of Technology, il jouera un rôle central dans la mise sur pied des premières coopératives de pêcheurs en Gaspésie. Il sera l’initiateur de la création de l’École supérieure des pêcheries et du Service social économique qui y était rattaché et qui fut considéré comme un modèle à suivre à cette époque. Il participera, dans les années 1940, à la relance des coopératives qui mèneront rapidement à la création de la Fédération des Pêcheurs-Unis du Québec dont il est un des fondateurs. Malgré les oppositions politiques et corporatistes, il réussira à maintenir en fonction l’ÉSP jusqu’à sa fermeture et son déménagement sur le campus de Sainte-Foy en 1962. Le programme en pêcheries sera éliminé de l’annuaire de l’Université Laval en 1967. Considéré à l’étranger comme un des plus grands experts de la formation en pêche et des coopératives de pêcheurs, cet homme de terrain sera un des premiers coopérant en pêche dans le cadre du Plan Colombo et, plus tard, de l’Agence Canadienne de Développement International.
 
Source : Louise Bérubé
Biographie du commandant Lucien Beaugé (1879-1958).
 
Marin accompli, pionnier de l’océanographie mondiale et grand vulgarisateur, Beaugé a parcouru inlassablement les Bancs de Terre-Neuve pour étudier les déplacements de la morue et fournir assistance aux 10 000 pêcheurs français, qui dans les années 1920 et 1930, exploitaient les Bancs de Terre-Neuve et les eaux de la côte Ouest du Groenland. En 1938, à l’âge de 60 ans, il accepte un poste de professeur d’hydrologie à l’École supérieure des pêcheries de l’Université Laval. Il sera un des premiers à faire des recherches hydrologiques dans nos eaux à bord du Toubib et il sera l’inspiration de plusieurs jeunes québécois qui s’orienteront vers l’océanographie et les sciences de la mer.
 
Bibliographie de Lucien Beaugé
 
Restauration de la carte de pêche
 
Source : Archives de la Côte-du-Sud.
L’histoire de la pêche de la crevette au Québec.
 
Ce projet de publication vise à faire la lumière sur l’origine de la pêche de la crevette devenue une de nos principales pêcheries. Des premières mentions de l’espèce dans la littérature scientifique jusqu’au début de l’exploitation commerciale dans les années 1960, l’article va recenser les différentes étapes du développement de cette pêcherie.
 
Source : Alaska Fisheries Science Center

Éperlan arc-en-ciel

 

Depuis 2001, une association de pêcheurs gère la pêche à l’éperlan en hiver sur la banquise à Rimouski. Afin de pouvoir maintenir cette population, un suivi scientifique a été mis en place en 2013. Les données de 2014 sont présentement analysées. Comme la rivière Rimouski a déjà été une frayère, des discussions avec la ville sont en cours afin d’aménager l’écluse William Price pour favoriser la montaison de l’éperlan au printemps.

Écluse William Price de Rimouski. Photo : Alain Fréchet

Une mission océanographique française dans le golfe du Saint-Laurent en 1934.

 

L’article relate la mission océanographique réalisée à l’automne de 1934, dans l’Atlantique Nord et dans le golfe du Saint-Laurent, par le navire océanographique Président Théodore Tissier. Lancé en 1933, le Tissier était propriété de l’Office scientifique et technique des pêches maritimes (OSTPM) de France. L’article revêt un intérêt historique à plusieurs niveaux. D’abord, il relate ce qui fut probablement l’une des premières missions océanographiques réalisées dans le golfe du Saint-Laurent. Il s’agit aussi sans doute de l’une des premières collaborations France-Québec en matière d’océanographie, même si la participation du Québec fut, en cette occasion, plutôt réduite. On y met aussi en évidence l’œuvre de Lucien Beaugé (1879-1958), commandant du Tissier et pionnier de l’océanographie, qui, au terme de sa carrière de chercheur à l’OSTPM, viendra, de 1939 à 1951, enseigner et initier des recherches océanographiques à l’École supérieure des pêcheries (ÉSP) de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, rattachée à l’époque à la faculté des Sciences de l’Université Laval.

 

Source : @ SHOM, 2013